Peut-on emprunter après 60 ans ?

Arrivée à la soixantaine, la plupart des personnes n’ont plus comme objectif que de passer leurs dernières années dans la tranquillité et le confort. Mais pour y parvenir, certaines d’entres elles peuvent avoir recours à un emprunt auprès des institutions financières. Voici comment savoir quelles sont les chances de probabilité.

Les avantages des seniors

Avoir des projets ne se limite pas avec l’âge. Les seniors sont des personnes qui pensent eux aussi à leur avenir même si ce n’est plus très loin. Depuis peu, les organismes prêteurs s’intéressent de plus en plus à eux. En effet, beaucoup de raisons les motivent. Premièrement,  ces personnes vivent dorénavant dans une situation stable car avec moins de charges, elles ne dépensent pas beaucoup non plus (généralement pour la consommation). Ensuite, des études ont pu démontrer que la plupart de ces personnes du troisième âge ont déjà un patrimoine acquis, ce qui rassure fort bien les banques. Il n’existe pas d’âge limite pour un emprunt en général ; c’est l’assurance-emprunteur qui peut poser problème.  Mais avec un patrimoine bien marqué, les chances d’obtention d’un prêt sont élevées.

Les principaux obstacles

Quand on avance dans l’âge, les problèmes de santé sont les principaux soucis sur tous les plans. En effet, le risque de développer des maladies augmente d’année en année. En plus des réelles baisses de revenus et de pouvoir d’achat, ces personnes montrent clairement qu’elles quittent leur vie active. Il est à noter qu’en général, l’âge limite pour un remboursement de prêt se situe entre 75 à 80 ans. A côté, l’assurance emprunteur peut aussi constituer un obstacle pour ceux qui veulent emprunter après 60 ans. En effet, plus l’état de santé se dégrade, plus le montant s’élève. En d’autres termes, il se peut même que le retraité paye autant d’assurances que d’intérêts. Mais aujourd’hui, les offres des assureurs affluent sur le marché et donnent la possibilité aux intéressés de faire des comparaisons.

Les options possibles

Le processus est simple pour les organismes prêteurs : ils s’assurent que le client ait un gage pour assurer leurs investissements. Le nantissement est une première alternative pour un financement sans assurance : il s’agit de mettre en gage un placement financier comme une assurance vie ou une épargne pour que l’établissement bancaire puisse se faire rembourser en cas de décès ! Mettre en gage des objets de valeurs ou un bien immobilier (hypothèque) est également  une solution. Avec l’aide d’un expert, vous pouvez évaluer vos biens  et choisir la formule de prêt qui vous convient le mieux. Parfois, les banques proposent à ses clients des prêts à paliers : ils modulent les mensualités selon la capacité de remboursement !

Comment fonctionne un prêt relais ?
Comment comparer les meilleures offres en termes de crédit immobilier ?